Choix de la langue

Menu

L'étude ci-après compare les courbes de distribution du PIB par déciles de population de la Belgique et des pays voisins plus la Suisse, ce qui est la meilleure manière d'observer en même temps la performance économique d'un pays et le degré d'inégalité de sa répartition.

 

L'Etude constate que l'INEGALITE N'EST PAS LE PROBLEME NUMERO 1 , en tous cas pas pour la Belgique et les pays voisins. BIEN PLUS IMPORTANT POUR LE BIEN-ETRE DES CITOYENS EST LA PERFORMANCE ECONOMIQUE.

 

  L'étude tord le cou à un certain nombre d'affirmations présentées de façon biaisée par plusieurs ONG et allègrement répercutées sans réflexion critique par la majorité des médias, à savoir que les inégalités augmentent partout dans le monde, et qu'il s'agit du problème numéro 1 qu'il faut régler.

 

Il semble que nos pays aient atteint une LIMITE dans la REDISTRIBUTION et le NIVEAU DE DEPENSES PUBLIQUES.

Si celles-ci se maintiennent aux niveaux actuels, voire augmentent, et ce sans améliorer leur efficacité, elles finiront par handicaper gravement la performance économique au point de se mettre en péril elles-mêmes, jusqu'à éteindre les espoirs d'amélioration du sort des plus pauvres.

 

Le tableau ci-après résume les données de base.

 

 

 Au lieu du PIB tel quel, nous utiliserons le PIB ppa , çàd. le PIB recalculé en « parité de pouvoir d’achat » (tient compte de l’inflation et des cours de change).

 

Nous reconstituerons la courbe de distribution cumulée par déciles du Produit Intérieur Brut ppa d'un pays, sachant que cette courbe doit satisfaire 2 contraintes : être continue, et présenter une valeur précise du coefficient de Gini post-transfert (source : "The inclusive growth and development report 2015" du World Economic Forum, données de 2012).

 

NB : un nouveau rapport du WEF est paru "The inclusive growth and development report 2018", données de 2016 pour le coefficient de Gini.

 

Il est à remarquer que les évolutions pour les pays concernés sont minimes : légère diminution pour la Suisse, diminution plus marquée pour la France, et surtout pour la Grande-Bretagne, légère augmentation, voire quasi-statu quo, pour la Belgique et l'Allemagne, augmentation plus marquée pour les Pays-Bas. Eu égard au fait que ces évolutions minimes n'affectent pas les conclusions générales auxquelles on peut arriver en observant les courbes de distribution, nous nous en tiendrons aux données du rapport de 2015.

 

Go to top