Choix de la langue

Menu

Liens vers la comparaison par pays :

 

 Parmis les points faibles , certains ont connu en quelques années une dégradation importante de leur classement. Cette évolution négative particulièrement inquiétante doit être considérée comme une alerte : leur amélioration, ou à tout le moins l'arrêt de leur chute dans le classement devrait constituer une priorité.

 

 

Sur base des 2 graphiques d'écarts ci-dessous, on constate que le sous-indice B - Utilisation efficiente des talents est en ligne avec le classement global, mais que le sous-indice A - Flexibilité explique à lui seul la particulière faiblesse de ce pilier, qui sur 10 facteurs, compte 9 facteurs FAIBLES, dont certains très FAIBLES :

 

- facteur  1 - Coopération dans les relations employeurs / employés  : la Belgique est 43e.

- facteur  2 - Flexibilité dans la fixation des salaires : la Belgique est 115e.

- facteur  3 - Pratiques d'engagement/licenciement : la Belgique est 114e.

- facteur 4 - Coûts de redondance, semaines de salaires : la Belgique est 84e.

- facteur  5 - Effet de la fiscalité sur l'incitation à travailler  : la Belgique est 129e (la plus mauvaise place de tous les facteurs de tous les piliers).

- facteur 6 - Paie et productivité : la Belgique est 32e.

- facteur 8 - Capacité du pays à retenir les talents : la Belgique est 33e.

- facteur 9 - Capacité du pays à attirer les talents : la Belgique est 30e.

- facteur 10 - Féminisation de la force de travail  : la Belgique est 48e.

 

Le seul facteur assez fort est 7- Recours à un management professionnel : la Belgique est 14e.

Go to top