Choix de la langue

Menu

On peut se faire une première idée des points forts et faibles en analysant les écarts de classement au niveau des sous-index globaux (A. "Exigences de base" , B. "Stimulateurs de l'efficience", C. "Stimulateurs de l'innovation") .

On constate qu'à ce niveau les écarts au rang global sont peu importants, ce qui est normal car il s'agit d'un haut niveau de regroupement. Néanmoins, sur les sous-index A et C, les écarts respectivement de -7 et de +3, peuvent être considérés comme significatifs. Globalement, l'Innovation est une force de la Belgique, et  c'est encourageant. Par contre, dans la mesure où, pour la plupart des pays avancés, la compétition  ne se joue plus sur les "basic requirements", mais plutôt sur l'efficience et l'innovation, il est préoccupant que la Belgique présente encore du retard sur le sous-index A, ce qui est confirmé par la comparaison directe avec les Pays-Bas et la Suisse, classées respectivement 16 et 22 places devant la Belgique.


 

Il y a donc encore un travail de rattrapage à faire par la Belgique même sur les exigences de base, et il y aura lieu d'examiner aussi quels piliers de ce sous-index présente des faiblesses et sur quels facteurs il faudrait travailler.

 

Go to top