Theme "Belgium attractivity"

Belgium For Success a développé une notion "d'Indice de Compétitivité Comparatif basée sur le Rang" (ICCR)

Dans le classement de la compétitivité du "World Economic Forum", il s'agit de comparer le rang obtenu par un pays (en l'occurrence la Belgique) avec le rang d'un "benchmark" (en l'occurrence la moyenne des 23 pays industrialisés les plus avancés comparables à la Belgique).

Afin d'obtenir un nombre croissant lorsque la compétitivité croît, çàd. si le rang de la Belgique se rapproche du rang du"benchmark", nous prenons la différence de rang avec le dernier pays du classement, et nous divisons celle de la Belgique par celle du "benchmark".

Madame Sara Lammens le 4 septembre 2019.

RETENEZ LA DATE : 4 septembre 2019.

 Le mercredi 4 septembre 2019 à 19h, au B19 à Uccle, à l’invitation de « Belgium For Success », Madame SARA LAMMENS, Directeur Général de la KBR (Bibliothèque Royale de Belgique), donnera une conférence sur le thème « La richesse méconnue de la KBR : Une expérience et une découverte unique en Belgique pour accéder à des savoirs exceptionnels".

 

 Monsieur Herman Van Rompuy le 5 mars 2015.

 Le 5 mars 2015, à l’invitation de « Belgium for Success », Monsieur Herman Van Rompuy, Président ém. du Conseil Européen, traitait du thème « La compétitivité de la Belgique  et de l’Europe » devant une salle comble au club B19, avenue VanBever, à Bruxelles.

Devant une audience absolument captivée, il a brillament développé son argumentation pour expliquer que, contrairement aux thèses populistes eurosceptiques qui se développent dans plusieurs pays, face aux défis actuels auxquels nous sommes confrontés, la seule solution est « plus d’Europe » , plus loin et plus vite, et non pas moins d’Europe et le repli à l’intérieur des frontières nationales.

Le monde a profondément changé, a-t’il conclu . Par le passé, l’Union Européenne avançait graduellement et elle a fait des progrès inouïs. Aujourd’hui face à la cadence imposée par la mondialisation, cette méthode parait dépassée : « too little, too late » . L’Europe sera-t-elle capable d’accélérer pour ne pas rester à la traîne ? C’est là tout l’enjeu au niveau européen, mais aussi de façon sous-jacente pour notre propre pays.

==================================================

Monsieur le Premier Ministre Charles Michel le 27 avril 2016.

 Le 27 avril 2016, à l’invitation de « Belgium for Success », Monsieur Charles Michel, Premier Ministre, traitait du thème « Un engagement économique, un projet social» devant une salle comble au Centre Culturel et de Congrès de Woluwe-Saint-Pierre. 

Devant une audience intéressée, il a expliqué l’action de son gouvernement, formé d’une coalition inédite, et dont l’ADN, la colonne vertébrale, est la conviction forte que le développement économique et de l’emploi est la meilleure garantie pour assurer dans la durée la protection sociale dont nous bénéficions en Belgique.  

Il a reconnu qu’il fallait prendre des décisions difficiles, souvent impopulaires, pour réaliser les réformes indispensables et il a donné des exemples concrets des actions déjà entreprises. Dans certains cas, même si les effets ne se feront sentir que dans un avenir éloigné, c’est maintenant qu’il faut avoir le courage de réformer. 

Enfin il a partagé quelques réflexions sur le drame que la Belgique vient de connaître, qui n’est pas seulement du terrorisme, mais la tentative d’une idéologie fanatique de détruire notre modèle et nos valeurs, pas seulement en Belgique mais partout dans le monde. Il faut être intransigeant sur l’affirmation de ces valeurs a t’il dit : il y a des points intangibles sur lesquels aucun accommodement ne peut être admis, tels que l’égalité homme / femme, ou la primauté de la loi démocratique des hommes sur la « loi de Dieu ». 

Il a terminé en parlant du Projet Européen, aujourd’hui confronté à des défis importants et simultanément à un désenchantement des opinions publiques. Dans ce moment dangereux, deux attitudes sont possibles : certains pensent qu’il faut renoncer, lui au contraire pense qu’il faut se retrousser les manches et rebondir . Il prône, avec d’autres au sein du Conseil Européen, une « Europe à 2 vitesses », seule solution à ses yeux pour donner plus d’efficacité au processus de décision communautaire. 

En conclusion, il a cité Sénèque « Il n’y a pas de vent contraire pour celui qui sait où il va ».

==================================================

Monsieur Jan Smets le 18 octobre 2017.

 Le 18 octobre 2017, à l’invitation de « Belgium For Success », Monsieur Jan Smets, Gouverneur de la Banque Nationale de Belgique, traitait du thème « Comment la Belgique économique va-t-elle évoluer ? » devant une audience attentive au B19 à Uccle.

Il a exposé avec clarté, en s'aidant de "slides", quel était le point de départ, çàd la situation économique actuelle en Belgique et en Europe, quelles mesures avaient été prises après la crise financière 2007 / 2008, quels sont les risques et les défis qu'il importe d'affronter et comment se préparer pour le futur. Il a terminé en insistant sur la nécessité de renforcer l'Europe et plus particulièrement la zone Euro.

Citons la phrase de conclusion :

« La condition du "Belgium For Success" c'est surtout la synergie de tous ses acteurs , een goeie synergie nodig met een engagement van alle acteurs (regering, regionaal, werknemers, wereld van onderwijs), als we daarin slagen kunnen we zeggen "Yes we can" »

==================================================

Page 1 sur 12