Theme "Public expenditure"

Les menus ci-contre permettent d'accéder directement à des données générales de référence :

* "Factfulness" : comment adopter une vision basée sur les faits.

* Notions de base d'économie

* Concept de compétitivité

* Classification des dépenses publiques

 

 

 6. Les Intérêts de la dette publique 

 

 Il s’agit du coût de la dette publique accumulée à payer chaque année.

 Cette charge représente en 2015 pour la Belgique 3.1% du PIB, soit environ 1.100 €/hab, pour l'Autriche 2.6% du PIB, soit près de 1.000 €/hab, pour les Pays-Bas 1.5% du PIB soit 600 €/hab, pour la Suisse 0.8% du PIB soit 470 €/hab.

 Il faut remarquer que pour la Belgique cette charge est supérieure à ses dépenses régaliennes (lesquelles sont de 2.8% du PIB soit ~1.000 €/hab)  : on peut donc dire que la Belgique paye chaque année à ses créanciers un montant supérieur à celui qu'elle consacre à remplir sa mission principale d’Etat !

 

 

 

 La charge de la dette est évidemment proportionnelle à la dette publique accumulée, nous allons donc mettre cette dépense en relation avec le montant global de la dette exprimé en % du PIB.

 Sans surprise, on vérifie bien la proportionnalité de cette relation : Belgique (dette ~106%, charge ~3.1%), Autriche (dette ~86%, charge ~2.6%) , Pays-Bas (dette ~68%, charge ~1.5%), Suisse (dette ~46%, charge ~0.8%).

 Il faut remarquer que la charge d'intérêts dépend non seulement de l'importance de la dette, mais aussi de la situation des taux sur les marchés de dette publique. Un pays comme la Belgique qui a une dette accumulée très élevée est particulièrement vulnérable à une hausse éventuelle des taux.

 

 

 

 

 

 

 

  5. Les Services publics généraux 

 

 Il s’agit des dépenses de fonctionnement proprement dites de l’Etat (administrations, représentation parlementaire, gouvernement …).

 La Suisse y consacre de l’ordre de 2% de son PIB, les Pays-Bas 2,5%,la Belgique et l'Autriche respectivement 3,6% et 3,7%.

 En termes financiers, cela donne environ1.600 €/hab pour la Suisse, pour l'Autriche et la Belgique respectivement ~1.400 €/hab et ~1.300 €/hab ,et pour les Pays-Bas ~1.000 €/hab.

 

 

 

Nous avons mis cette catégorie de dépenses en relation avec 2 indicateurs du World Economic Forum liés à l’efficience du gouvernement.

 a. Efficience du gouvernement (indicateur global) : dans l’ordre de performance , nous avons la Suisse (4e), les Pays-Bas (12e), l'Autriche (25e) et la Belgique fermant la marche (37e).

 On constate à nouveau l’inefficacité de la Belgique et, dans une moindre mesure, de l'Autriche, qui dépensent nettement plus que les Pays-Bas pour un résultat bien plus faible.

 

 

 

 

 

b. Lourdeur de la réglementation publique (un des composants de l’indicateur précédent) : dans l’ordre de performance, nous avons la Suisse (7e), les Pays-Bas (31e), l'Autriche (50e) et la Belgique (seulement 89e!) .

Nous avons les mêmes positions relatives que pour l’indicateur précédent, mais encore plus dégradées : la 89e place de la Belgique montre qu’il y a là un gros problème !

 

 

 

 

 

 

 4. Les Dépenses régaliennes   (défense, sécurité et ordre public, affaires étrangères)

 NB : la rubrique "sécurité et ordre public" comprend l'ensemble de la chaîne "Police - Justice - Prisons".

 

Ce bloc représente l’essence même d’un Etat, la première raison de son existence, sa justification. On peut s’étonner de son niveau relativement modeste si on le compare au bloc « social ».

La Belgique (2,8) et la Suisse (3) y consacrent environ 3% de leur PIB, ce qui en termes financiers représente à peine un peu plus de 1.000 €/hab pour la Belgique, mais plus du double ~2.200 €/hab pour la Suisse. L'Autriche y consacre encore moins : 2% de son PIB et environ 800 €/hab.

Ici, les Pays-Bas se démarquent en consacrant 1% de PIB de plus que la Belgique, soit ~1.400 €/hab (il faut d’ailleurs remarquer que les Pays-Bas possèdent un système pénitentiaire efficient, au point d’être en mesure de louer des places de prison à la Belgique, et même maintenant à la Norvège)

 

 

 

 Si on met en relation ces dépenses avec l’indicateur du World Economic Forum « Sécurité », on constate une corrélation entre l’effort financier et la performance pour 3 pays : la Belgique (39e avec une dépense d'environ 1.000 €/hab), les Pays-Bas (22e avec une dépense d'environ 1.400 €/hab ) , la Suisse (11e avec une dépense d'environ 2.200 €/hab ).

Par contre, l'Autriche se démarque avec un bon classement (17e) malgré la dépense la plus faible. Il y a probablement d’autres facteurs d’explication que la dépense publique : situation du pays ? homogénéité de la population ? faible criminalité ?

 

 

 

 

 

 

3. Les affaires économiques et la protection de l'environnement

 

C’est aussi un bloc de dépenses important, du même ordre de grandeur que le précédent, il comprend la réglementation et les normes liées aux activités économiques, notamment la réglementation et la supervision du marché du travail, ainsi que les subventions aux différents secteurs de l’économie.

Les 4 pays Suisse, Pays-Bas, Autriche et Belgique y consacrent respectivement environ 4%, 5%, 6% et 7% de leur PIB.

 En termes financiers les Pays-Bas (~1.900 €/hab) et l'Autriche (~2.300 €/hab) dépensent moins que la Belgique (2.600 €/hab) et que la Suisse (~3.200 €/hab).

 

 

 

 Nous avons mis cette catégorie de dépenses en relation avec l'indicateur infrastructure du World Economic Forum. On voit encore la performance médiocre de la Belgique, surtout par rapport à l'excellente performance des Pays-Bas : la Belgique dépense plus de 2% de PIB en plus pour être classée 20 places derrière les Pays-Bas.

 

 

 

 

 

 

Page 1 sur 9