Notions de base d'économie

Source : les notions concernant les politiques d'intervention à court terme des pouvoirs publics sont principalement extraites de réf.1, Mankiw, chap.32 "Conséquences des politiques monétaires et budgétaires sur la demande globale".

 

Les gouvernements peuvent tenter d'atténuer à court terme les fluctuations des marchés via la politique monétaire et / ou la politique budgétaire.

La politique monétaire joue sur l'équilibre entre l'offre et la demande de monnaie, çàd. des actifs liquides, via les taux d'intérêt et d'autres instruments susceptibles d'influencer la masse monétaire. Cette politique est du ressort de la banque centrale du pays.

 

La politique budgétaire joue sur les impôts et les dépenses publiques à masse monétaire constante. Il faut noter qu'à long terme, cette politique influence l'épargne, l'investissement et la croissance économique, mais à court terme , elle influence la demande globale.

Que ce soit en diminuant l'impôt ou en augmentant la dépense publique, cette politique est toujours délicate à mettre en oeuvre parcequ'elle produit 2 types d'effets en sens inverse et le résultat final qui dépend de la combinaison de ces 2 effets est difficile à prévoir :

(1) effet positif sur la demande globale ou "effet multiplicateur" : par ex. on augmente les dépenses publiques et la demande globale augmente d'un montant supérieur ;

(2) effet négatif sur la demande globale ou "effet d'éviction" : par ex. l'augmentation de la dépense publique entraîne une hausse des taux d'intérêt ce qui provoque une diminution de la demande globale.

 

D'une façon générale, l'application de politiques de stabilisation est difficile car :

(1) leurs effets se font sentir avec retard, mais peuvent être durables ;

(2) elles nécessitent de prévoir les conditions économiques du moment où les effets se feront sentir.

 

Comme les prévisions économiques sont peu fiables, certains économistes estiment que les politiques de stabilisation sont dangereuses : elles risquent de créer elles-mêmes des fluctuations ou à tout le moins de les amplifier. Pour eux, il vaut mieux ne rien faire.

 

More in this category: